Vermeer et les maîtres de la peinture de genre au Siècle d’or, par Blaise Ducos.

Cette conférence proposée par Blaise Ducos, le conservateur des peintures flamandes et hollandaises au Musée du Louvre, a pour intérêt d’annoncer avant l’heure un grand projet du Louvre : celui d’une exposition temporaire sur Vermeer et ses contemporains. En effet, ces peintures hollandaises du XVIIe constitue un tiers des collections de peinture du musée du Louvre : autant profiter de cette collection si riche. Cependant, toute la difficulté de présenter l’oeuvre de Vermeer réside dans un problème d’ordre numérique : au cours de sa carrière, le « sphinx de Delft » n’a réalisé que 36 peintures, sans aucun dessin, s’opposant totalement à la pratique de son rival, Rembrandt. L’exposition se construirait donc bien entendu à la fois sur les tableaux majeurs du maître, mais également sur les autres maîtres, moins célèbres, mais dont les échos artistiques avec Vermeer sont évidents. C’est pourquoi Blaise Ducos a fait le choix de sous-titrer sa conférence « Variations Vermeer ». L’ambition est grande : rassembler ces œuvres éparpillées entre les grands musées, à l’exception d’une encore en mains privées.

En effet, le maître hollandais dépeint dans ses œuvres un univers très caractérisé: celui de la bourgeoisie émergente en Hollande au XVIIe siècle. Ceci expliquant cela, on comprend pourquoi ces œuvres se dotent d’un caractère éminemment précieux : elles visent une classe très précise de richissimes collectionneurs. La Hollande est en effet un pays très urbain, bien en avance sur la France qui reste un pays très rural. Il s’agit d’un monde déjà capitaliste, dont l’émergence de la Bourse explique sans doute l’émergence d’un marché de l’art si important. Cet univers se restreint donc dans ses sujets, ce qui n’empêche pas des variations omniprésentes. Pour Blaise Ducos, la contribution de Vermeer dans ce genre pictural réside bien dans ces multiples déclinaisons, jusqu’à étudier ses « thèmes et variations » pour citer Matisse.

Vermeer innove certes, mais ne lance aucune mode : il apparaît comme un homme de synthèse. Peignant très lentement, son intérêt ne se porte aucunement sur le dernier sujet à la mode. Homme du recueillement, il se détache du monde effervescent qui l’entoure. Afin de comprendre cette effervescence, Blaise Ducos propose de s’attacher à l’histoire de la scène de genre :

Tout d’abord, les avants-courriers, de 1600 à 1650. Le but de l’exposition serait en effet de faire rayonner les comparaisons d’une ville à une autre. Le monde urbain a favorisé les échos, les plagiats, les copies, et explique ainsi les variations entre divers artistes et la constitution de véritables réseaux. On y trouve des artistes peintres comme Peter Coddeou Dirck Hals.

La laitière, Vermeer

La laitière, Vermeer

Ensuite, Blaise Ducos analyse l’émergence d’une « nouvelle vague » avec Van der Neer, nouvelle vague dont fait partie Vermeer, et au sein de laquelle les échos sont frappants : un thème est développé par plusieurs artistes, pouvant presque constituer un véritable jeu des sept différences : pour n’en citer qu’une, La Laitière de Vermeer a une grande sœur, celle de Gérard Dou. Si celle de Dou dévoile une certaine horreur du vide avec un intérieur rempli d’objets qui attisent la curiosité, celle de Vermeer s’en distingue par sa monumentalité, son refus de l’anecdotique. On se demande tout de même pourquoi le maître a-t-il fait le choix de laisser au mur des clous qui ne tiennent rien, si ce n’est pour déclencher l’imaginaire du regardeur…

La laitière, Dou

La laitière, Dou

Enfin, le conservateur propose de faire taire un préjugé récurrent, celui de la fin du siècle comme la décadence des scènes de genre, en faisant intervenir l’irruption du classicisme français et de l’esprit des Lumières comme nouvelle valeur. Ces éléments nouveaux seraient pour lui une forme de proto-esprit des Lumières, avant même 1700. C’est le cas de Cornelius de Man et de son Tube de phosphore, précurseur du britannique Wright of Derby, qui peint des phénomènes et des études scientifiques, en véritable humaniste. Etude que l’on retrouve à l’oeuvre dans l’Astronome ou le Géographe de Vermeer, une énième variation qui le présente bien comme un homme cristallisant toutes les préoccupations de son siècle.

Juliette Degennes

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s